L'alégorie du bon gouvernement est fresque faisant partie d'une série peinte par d'Ambrogio Lorenzetti et placées sur les murs de la Sala dei Nove (la salle des Neuf) ou Sala della Pace (salle de la Paix) du Palazzo Pubblico de Sienne

Smaller Default Larger

Actualité

Il Comitato Direttivo dell’AIPI è lieto di annunciare la prima edizione della AIPI Summer School, che si terrà all’università AMU, sede di Aix-en-Provence, dal 3 al 5 luglio 2017. La scuola estiva è dedicata alle rappresentazioni del mondo del lavoro e del precariato nella cultura italiana contemporanea. Il tema del lavoro è rientrato a fare parte del discorso culturale nella penisola, con un numero eterogeneo e sempre più consistente di opere che spaziano dal romanzo, al cinema, alla poesia, al teatro, al documentario. Si ricollega ai dibattiti teorici più vivaci oggi in Italia, come quello sulle nuove forme letterarie (non fiction novel), sul ritorno alla realtà e sull'iperrealtà, sulla fine del postmoderno, etc. La Summer School ha l’obiettivo di studiare questi fenomeni insieme ai massimi esperti della materia e alla presenza di ricercatori di primo piano, per fornire ai dottorandi un importante arricchimento metodologico. Tale iniziativa è aperta in maniera prioritaria ai dottorandi che lavorano sulle rappresentazioni del lavoro nelle sue forme contemporanee o nelle sue forme storiche (la letteratura industriale), ma è aperta a tutti coloro che s’interessano alla sistematizzazione del panorama della letteratura italiana contemporanea, alle questioni dei nuovi realismi e delle nuove forme letterarie, alla transdisciplinarità e transmedialità nella cultura italiana. Si tratta di un’ottima occasione per incontrare giovani ricercatori che lavorano su tematiche affini, per osservare da vicino metodi di lavoro e impostazioni teoriche differenti, per presentare le proprie ricerche attraverso tavole rotonde o presentazioni individuali; inoltre, la composizione internazionale del pubblico che la Summer School desidera attirare è l’opportunità ideale per creare una rete di contatti ramificata e progettare collaborazioni future. Per questo motivo l'AIPI, Associazione Internazionale dei Professori d'Italiano, che si adopera dal 1975 per !1 diffondere l’insegnamento dell’italiano come lingua straniera a tutti i livelli educativi e a tutte le latitudini, offre la piattaforma ideale, con gli oltre 250 soci, per la maggior parte docenti universitari, di una trentina di paesi europei ed extraeuropei. L’AIPI organizza convegni internazionali biennali intesi a promuovere contatti e collaborazione fra gli italianisti del mondo intero. Questa prima Summer School conferma l’attenzione dell’AIPI per i giovani ricercatori e futuri insegnanti.

Ci-joint le lien vers une offre d'emploi à l'Université James Madison en Virginie (USA) : https://www.higheredjobs.com/clickthru/redirect.cfm?JobCode=176380436

 

mardi, 07 février 2017 00:00

Norbert Jonard

C’est avec tristesse que nous venons d’apprendre le décès de Norbert Jonard dont les obsèques ont eu lieu lundi 6 février. Il avait commencé sa carrière universitaire à Lyon. Après avoir soutenu sa thèse de Doctorat d’État à l’âge de trente ans, il fut nommé Professeur à l’Université de Dijon en 1963. Il y professa jusque en 1997. Très nombreux sont les enseignants du second degré de l’Académie de Dijon qui, grâce à l’érudition de ses cours, ont passé avec succès les concours du CAPES et de l’agrégation. Norbert Jonard fut à plusieurs reprises membre du jury de l’agrégation externe d’italien puis président du jury. Ses anciens étudiants gardent de lui l’image d’un intellectuel rigoureux mais aussi celle d’un conseiller attentif qui savait les écouter et les encourager.

Spécialiste du XVIIIe siècle italien, il fut l’auteur de très nombreuses études critiques parmi lesquelles nous citerons ses ouvrages sur Baretti, la Commedia dell’arte, Goldoni, Parini, le siècle des lumières en Italie, ou la vie à Venise au XVIIIe siècle (Prix Broquette-Gonin 1966 de l’Académie française). Il étendit le domaine de ses recherches au XIXe siècle, notamment à Leopardi dont il publia une biographie intellectuelle qui lui valut à nouveau en 1979 un prix de l’Académie française. Il fut aussi l’auteur d’une introduction au théâtre de Pirandello, d’un essai sur Italo Svevo et d’une histoire du roman italien des origines au décadentisme pour ne citer que ses publications essentielles.

 

Son inlassable activité de chercheur ne l’empêcha de participer à la vie de l’Université de Bourgogne. Doyen de la faculté des langues pendant de très nombreuses années, directeur du centre de recherche sur le XVIIIe siècle, il fut aussi vice-président de l’Université. Membre de la SIES dès qu’elle fut créée, il participa régulièrement aux assemblées générales. L’italianisme perd un collègue érudit dont les travaux étaient unanimement reconnus tant en France qu’à l’étranger.

lundi, 23 janvier 2017 00:00

Refus du "suivi de carrière"

Pour que le "suivi de carrière" ne soit pas mis en oeuvre

https://www.petitions24.net/pour_que_le_suivi_de_carriere_ne_soit_pas_mis_en_oeuvre

Nous, signataires de ce texte, alertons nos collègues universitaires sur l'imminence de la mise en place du « suivi de carrière » par le Ministère. Cette nouvelle forme d’évaluation devient une mission du Conseil National des Universités (CNU). L'application Internet est déjà prévue à cet effet et les dossiers doivent être déposés sur la plateforme Galaxie dès le 25 mars prochain par tous les enseignants-chercheurs des établissements appartenant à la vague B (http://www.cpcnu.fr/web/cnu-section-02/evaluation).

Si nous ne la refusons pas massivement, cette évaluation se fera.

Nous, signataires de ce texte, observons que les enseignants-chercheurs sont déjà régulièrement évalués, que ce soit au niveau de leur carrière (demande de qualification, de promotion, de congés, de prime, de recrutement, de mutation) et de leur production scientifique (réponses à appels à projet, soumission d'articles, d’ouvrages, etc.). 
Au mieux, ce « suivi de carrière » ne servira à rien et représentera une perte de temps considérable pour tous.
Au pire, dans le contexte actuel de pénurie budgétaire et de gel des postes, ce « suivi de carrière » constituera un outil de gestion que les présidents d'université seront conduits à utiliser pour combler les déficits en alourdissant les services obligatoires d'enseignement. Cette mesure réduira le temps consacré à la recherche scientifique.

Nous demandons au Ministère d'abandonner toute mesure d'évaluation récurrente et obligatoire des enseignants-chercheurs, comme figurant dans le décret n° 2014-997 du 2 septembre 2014.

A défaut, nous demandons aux membres du CNU de ne pas mettre en œuvre le « suivi de carrière », qui nuira gravement à la science et à l'enseignement supérieur.

Texte soutenu par l'ASES (Association des Sociologues Enseignant·e·s du Supérieur), le SNESUP, SupAutonome-FO, SNPREES-FO et CGT FERC SUP.

 

 

samedi, 14 décembre 2013 11:01

Focus-in

Société, Politique, Culture italiennes vues d'ailleurs

Accès direct au site de Focus-in

mercredi, 11 septembre 2013 10:12

Compte Twitter SIES

Chers Collègues,

Vous trouverez ci-dessous l'adresse du compte Twitter de la SIES. Cela vous permettra de relayer de manière plus rapide les informations publiées sur le site sans qu'il vous soit nécessaire d'avoir créé un compte, notamment pour les informations publiques.

https://twitter.com/AssoSies

samedi, 17 décembre 2011 00:00

L'indice dei libri del mese

L’Indice dei Libri del mese è la più nota, longeva e prestigiosa rivista di attualità culturali e recensioni librarie presente in Italia.