L'alégorie du bon gouvernement est fresque faisant partie d'une série peinte par d'Ambrogio Lorenzetti et placées sur les murs de la Sala dei Nove (la salle des Neuf) ou Sala della Pace (salle de la Paix) du Palazzo Pubblico de Sienne

Smaller Default Larger
lundi, 23 janvier 2017 00:00

Refus du "suivi de carrière"

Pour que le "suivi de carrière" ne soit pas mis en oeuvre

https://www.petitions24.net/pour_que_le_suivi_de_carriere_ne_soit_pas_mis_en_oeuvre

Nous, signataires de ce texte, alertons nos collègues universitaires sur l'imminence de la mise en place du « suivi de carrière » par le Ministère. Cette nouvelle forme d’évaluation devient une mission du Conseil National des Universités (CNU). L'application Internet est déjà prévue à cet effet et les dossiers doivent être déposés sur la plateforme Galaxie dès le 25 mars prochain par tous les enseignants-chercheurs des établissements appartenant à la vague B (http://www.cpcnu.fr/web/cnu-section-02/evaluation).

Si nous ne la refusons pas massivement, cette évaluation se fera.

Nous, signataires de ce texte, observons que les enseignants-chercheurs sont déjà régulièrement évalués, que ce soit au niveau de leur carrière (demande de qualification, de promotion, de congés, de prime, de recrutement, de mutation) et de leur production scientifique (réponses à appels à projet, soumission d'articles, d’ouvrages, etc.). 
Au mieux, ce « suivi de carrière » ne servira à rien et représentera une perte de temps considérable pour tous.
Au pire, dans le contexte actuel de pénurie budgétaire et de gel des postes, ce « suivi de carrière » constituera un outil de gestion que les présidents d'université seront conduits à utiliser pour combler les déficits en alourdissant les services obligatoires d'enseignement. Cette mesure réduira le temps consacré à la recherche scientifique.

Nous demandons au Ministère d'abandonner toute mesure d'évaluation récurrente et obligatoire des enseignants-chercheurs, comme figurant dans le décret n° 2014-997 du 2 septembre 2014.

A défaut, nous demandons aux membres du CNU de ne pas mettre en œuvre le « suivi de carrière », qui nuira gravement à la science et à l'enseignement supérieur.

Texte soutenu par l'ASES (Association des Sociologues Enseignant·e·s du Supérieur), le SNESUP, SupAutonome-FO, SNPREES-FO et CGT FERC SUP.

 

 

Lu 158 fois Dernière modification le lundi, 23 janvier 2017 15:11
Plus dans cette catégorie : « L'indice dei libri del mese Norbert Jonard »