Smaller Default Larger

Moyen Âge

mardi, 24 mars 2015 00:00

Dante Pirovano, Il Dolce Stil Novo

Dante, Pirovano,  Il dolce stil novo, Roma, Salerno Editrice, 2014, 360p.

Cela pouvait paraître une gageure que de se risquer à écrire encore sur la poésie italienne des origines sans répéter ce qui a déjà été dit des centaines de fois, mais, après sa splendide présentation en 2012 des Poeti del dolce stil novo (Poeti del Dolce stil novo, a cura di D. Pirovano, Roma, Salerno Editrice, [« I Diamanti »] 2012, pp. XLVIII-800), Donato Pirovano réussit avec ce nouveau livre, Il dolce stil novo, monographie sur le dolce stil novo, un coup de maître. Il s’agit sans doute là pour le moins d’un instrument de travail des plus appréciables, qui se présente comme un état des lieux sur la question du dolce stil novo, mais qui est loin de n’être que cela ; Donato Pirovano s’y fait le médiateur entre les diverses voix célèbres qui se sont hasardées à parler de ce sujet.

André Pézard, Dante e il pittore persiano. Note sul tradurre. Introduction et traduction de Viviana Agostini-Ouafi

Postface de Jean-Yves Masson, Mucchi Editore, Modène, 2014, 120 p.
L’avertissement d’André Pézard à l’œuvre complète de Dante publiée en 1965 dans la collection « Bibliothèque de la Pléiade », ainsi que les avertissements complémentaires ajoutés aux éditions de 1967, 1975, 1979 et 1983, viennent d’être traduits en italien par Viviana Agostini-Ouafi, Maître de Conférences et spécialiste en traductologie du Département d’Études italiennes de l’Université de Caen-Basse Normandie.

Igor Candido, Boccaccio umanista. Studi su Boccaccio e Apuleio, Ravenna, Longo Editore, 2014, 167 p.

La publication de cet ouvrage s'inscrit dans un contexte remarquable pour les études boccaciennes, après la parution il y a à peine plus d'un an d'une nouvelle – et magistrale – édition du Décaméron, basée sur un texte entièrement revu par Maurizio Fiorilla et dotée de riches outils critiques par Amedeo Quondam et Giancarlo Alfano (Milano, BUR, 2013). C'est dans ce cadre que nous devons aborder ce texte, conçu par Igor Candido comme le premier volume d'une série consacrée à la présence des auteurs de l'Antiquité dans l'œuvre de Boccace.