Smaller Default Larger

Renaissance

Ludovic L'Arioste, La Comédie du Coffre et Pris l'un pour l'autre

Introduction, traduction et notes de Pauline Rougier

Neuville Sur Saône, Chemins de tr@verse, Coll. Chemins it@liques, 2014, 280p.

 


La traduction de Pauline Rougier est une traduction inédite (la dernière traduction datait du xixème siècle) de deux pièces « mineures » de l’Arioste. Elle nous présente les éditions et les codex sur lesquels elle a travaillé ainsi qu’une chronologie des traductions : au xvième, en 1552, celle de Jean Pierre de Mesmes et en 1835 celle de Théodore Muret qui opère un certain nombre d’altérations sur le texte source en ôtant certains passages qu’il juge obscènes.

mardi, 26 avril 2016 00:00

Nicolas Machiavel, La Clizia

Nicolas Machiavel, La Clizia,

Introduction, traduction et notes de Fanélie Viallon,

Neuville, Chemins de tr@verse, Coll. "Chemins it@liques", 2013, 96p.

 

Fanélie Viallon nous propose dans ce volume numérique une nouvelle traduction de la Clizia de Machiavel, précédée d’une longue introduction présentant tant le contexte de création et les hypothèses historiques concernant l’écriture de la comédie que les choix de traduction. Cette introduction est l’occasion de retracer la carrière théâtrale de Machiavel tout en l’insérant dans les événements politiques de son temps.
La dimension historique et le rapport de la fable avec les événements contemporains à l’écriture, en particulier les guerres d’Italie, mènent à une réflexion sur la dimension autobiographique de l’œuvre, sans tomber cependant dans la recherche systématique d’une adéquation entre biographie et fiction théâtrale. Cette mise en contexte historique est également l’occasion de souligner la différence de ton d’avec la Mandragore ; car cette édition apparaît bien, avant tout, comme naissant d’une volonté de réhabilitation de la Clizia. Cette pièce semble en effet avoir toujours été lue à l’ombre de la première, tant lors de sa création que par les lecteurs récents, peut-être arrêtés par une tradition de traduction trop littéraire et peu théâtrale.

mardi, 16 juin 2015 00:00

Florence, berceau de la Renaissance

Théa Picquet, Florence, berceau de la Renaissance, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2015, 170 p.


Manuel d'histoire indispensable, consacré à la ville de Florence, creuset de la Renaissance, marquée notamment par la floraison des arts figuratifs et des belles lettres, par la redécouverte des textes et de la pensée antiques, par la philosophie néo-platonicienne, l'ouvrage rédigé par Théa Picquet, professeur de littérature et de civilisation italiennes de la Renaissance à l'Université d'Aix-Marseille, se propose d'appréhender, en sept chapitres (première partie, p. 9-79), suivis d'une riche anthologie de textes en langue italienne (deuxième partie, p. 89-167), la spectaculaire histoire florentine considérée dans la longue durée (entre le XIIIe et le XVIe siècle), sous des angles différents mais complémentaires (société, politique, économie, culture, littérature, arts) et selon des échelles de valeur variables, prenant en compte le contexte local et régional (les acteurs de la politique, de la société, de l'économie, des arts, de l'humanisme, de la philosophie), ainsi que le contexte international, dominé en Europe par l'empereur et le pape.

Lucio Fauno [Giovanni Tarcagnota], Il compendio di Roma antiqua, a cura di Gennaro Tallini, Firenze, Franco Cesati Editore, 2014, 144p.


L’édition critique réalisée par Gennaro Tallini se concentre sur un type d’ouvrage tout à fait particulier de la production italienne du XVIème siècle. En effet, le Compendio constitue un guide touristique établi par l’éditeur Giovanni Tarcagnota sous le pseudonyme de Lucio Fauno. Il nous faut insister également sur le pseudonyme utilisé par l’auteur de l’ouvrage, Lucio Fauno, utilisé pour signer certaines commandes éditoriales, alors que l’auteur proprement dit, Giovanni Tarcagnota rédige, de son côté, d’autres ouvrages. Le guide de Giovanni Tarcagnota s’inscrit dans une perspective claire de commande où viennent se superposer des exigences politiques et éditoriales.