L'alégorie du bon gouvernement est fresque faisant partie d'une série peinte par d'Ambrogio Lorenzetti et placées sur les murs de la Sala dei Nove (la salle des Neuf) ou Sala della Pace (salle de la Paix) du Palazzo Pubblico de Sienne

Smaller Default Larger
lundi, 13 décembre 2021 10:41

Présentation de la traduction de Princesa à La Cassette (Aubervilliers)

ATTENTION: présentation reportée à cause de la situation sanitaire   « Autobiographie » à six mains de Fernanda Farias de Albuquerque, Princesa est l’un des premiers textes de la « littérature migrante » en langue italienne.

 

Princesa retrace une vie marquée par la tentative fragile et impétueuse de dépasser les limites imposées, qu’elles soient territoriales, corporelles, identitaires ou linguistiques. En 1990, Fernanda Farias de Albuquerque, qui se fait appeler Princesa la nuit, est condamnée à plusieurs années de prison ferme pour tentative d’homicide. C’est lors de son incarcération dans la prison romaine de Rebibbia qu’elle rencontre Giovanni Tamponi, un berger sarde qui lui indique l’écriture comme remède à l’enfermement et lui fait connaître Maurizio Iannelli, un ancien brigadiste rouge. La correspondance que les trois détenu·es entretiennent à travers les barreaux des cellules et les grilles des fenêtres donne naissance à une multitude de feuillets et de carnets écrits dans une langue hybride, à mi-chemin entre le portugais, l’italien et le sarde. Les fragments épars de cette « spirale épistolaire » sont ensuite compilés et traduits dans un italien plus standardisé par Tamponi et transformés en livre par Iannelli, co-auteur avec Farias de Princesa paru chez Sensibili alle foglie.

 

De la campagne nordestine, aux métropoles de Rio et São Paulo, la route de Fernando devenue progressivement Fernanda se poursuit sur les trottoirs d’Europe, d’abord en Espagne puis en Italie. La narration, âpre et crue, mélange le motif de la fuite et celui de la transformation. La fuite comme refus de l’assignation à la masculinité, la route comme seul moyen de survie face aux violences des répressions policières à l’encontre des personnes trans mais aussi comme course vers l’affirmation d’une féminité pleinement assumée. Cet élan sur une route accidentée et saturée d’incertitudes se termine à Rebibbia, un « enfer » de plus sur lequel la narratrice choisit de faire silence. Au terme de cette parabole, les lecteur·trices auront cependant entendu une parole violente, trop souvent étouffée.

 

L'ouvrage sera présenté le vendredi 17 décembre à 19h par son éditeur et les traductrices à La Cassette, 4 Rue Lécuyer (métro Aubervilliers - Pantin - Quatre Chemins)

http://heliotropismes.com/livres/princesa/

Lu 148 fois Dernière modification le mercredi, 15 décembre 2021 15:27