L'alégorie du bon gouvernement est fresque faisant partie d'une série peinte par d'Ambrogio Lorenzetti et placées sur les murs de la Sala dei Nove (la salle des Neuf) ou Sala della Pace (salle de la Paix) du Palazzo Pubblico de Sienne

Smaller Default Larger
vendredi, 17 avril 2015 00:00

La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes

 

La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (Xe-XVIe siècles). Réinventions d'un mythe, direction Catherine Gaullier-Bougassas, Turnhout, Brepols, 2014, 4 tomes, 2572 pages (collection "Alexander redivivus", 5).

ISBN: 978-2-503-54930-9

350 euros

http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503549309-1

 La destinée d’Alexandre le Grand est à l’origine de l’un des mythes historico-littéraires qui a joui de la plus remarquable diffusion dans le temps et dans l’espace. Dans ce champ d’investigation très vaste, l’objet de notre ouvrage n’est pas d’étudier la naissance de l’écriture sur le Macédonien, mais d’analyser comment la transmission et la réécriture des textes antiques en Europe, à partir du xe siècle et jusque dans la première moitié du xvie siècle, sont à l’origine d’une floraison d’œuvres littéraires qui montrent la création d’une figure médiévale et renaissante d’Alexandre, à la fois une et multiple. Le corpus choisi s’inscrit donc dans une longue durée – six siècles et demi– et il prend en compte les littératures de l’Europe occidentale (médio-latine, française, italienne, hispanique et aljamiada, hébraïque, anglaise, allemande, néerlandaise et scandinave) et celles de l’Europe orientale (slaves, avant tout tchèque, serbe et russe, byzantine avec son développement arménien). La nécessité s’impose en effet de dépasser les frontières entre les langues et les littératures, pour comprendre le sens des réinventions du mythe d’Alexandre à l’échelle du continent européen. Les recherches menées par une équipe internationale et pluridisciplinaire de dix-sept chercheurs littéraires et historiens, dans un programme sélectionné par le Contrat Plan État Région (CPER), puis par l’Agence nationale de la recherche française (ANR), ont permis d’analyser les modalités et les ressorts de cette effervescence créatrice sans précédent autour du souvenir d’Alexandre, de comparer les couleurs spécifiques de chacune des littératures européennes et de mettre au jour leurs interactions, en lien avec la naissance d’un vaste espace littéraire européen.

Cet ouvrage est la première étude d’ensemble du corpus européen médiéval sur Alexandre le Grand, de l’Espagne à la Russie, de la Grande-Bretagne à la Grèce byzantine.

Catherine Gaullier-Bougassas, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, est professeur de langue et de littérature médiévales françaises à l’Université de Lille 3 et membre de l’Institut universitaire de France. Elle a publié de nombreuses études sur Alexandre le Grand et sur l’Orient dans la littérature française médiévale

Ouvrage publié avec le soutien de l’Agence nationale de la Recherche (ANR-O9-BLANC-0307-01, projet CREAMYTHALEX), de la Région Nord Pas de Calais (CPER 2009-2010), de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société – MESHS (USR 3185), du CNRS et de l’Université de Lille 3.

http://mythalexandre.meshs.fr/

 LES AUTEURS

Éloïse Adde-Vomáčka, post-doctorante en histoire médiévale tchèque à l’Université du Luxembourg Amaia Arizaleta, professeur de littérature hispanique médiévale à l’Université de Toulouse-Le Mirail Hélène Bellon-Méguelle, maître-assistante de littérature française médiévale à l’Université de Genève Hugo Bizzarri, professeur de littérature hispanique médiévale à l’Université de Fribourg Margaret Bridges, professeur de langue et de littérature anglaises médiévales à l’Université de Berne Michele Campopiano, maître de conférences en langue et littérature latines médiévales à l’Université d’York Alexandru Cizek, professeur en langue et littérature latines médiévales à l’Université de Münster Catherine Gaullier-Bougassas, professeur de langue et de littérature françaises médiévales à l’Université de Lille 3 Corinne Jouanno, professeur de langue et de littérature grecques à l’Université de Caen Elena Koroleva, maître de conférences de littérature médiévale à l’Université Saint-Tikhon de Moscou Marie-Sophie Masse, maître de conférences d’études germaniques médiévales à l’Université de Picardie Émilie Picherot, maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Lille 3 Christophe Thierry, maître de conférences d’études germaniques médiévales à l’Université de Lyon 2 Jean-Yves Tilliette, professeur en langue et littérature latines médiévales à l’Université de Genève Giusto Traina, professeur d’histoire romaine à l’Université de  Paris IV Torfi H. Tulinius, professeur d’études médiévales islandaises à l’Université d’Islande Janet van der Meulen, maître-assistante de littérature française médiévale à l’Université libre d’Amsterdam

 

Lu 1153 fois Dernière modification le vendredi, 24 avril 2015 10:21