L'alégorie du bon gouvernement est fresque faisant partie d'une série peinte par d'Ambrogio Lorenzetti et placées sur les murs de la Sala dei Nove (la salle des Neuf) ou Sala della Pace (salle de la Paix) du Palazzo Pubblico de Sienne

Smaller Default Larger
mercredi, 15 juin 2011 08:11

Prismi 9

Actes du colloque « Mémoire et écritures du moi : pudeur, impudeur », qui s’est tenu en novembre 2007 à Nancy II et dont le propos était d’étudier comment, à travers les siècles, le moi se masque et se démasque dans les Lettres et les Arts de l’Italie et du monde italophone.

Dans tout texte en prose ou en vers dans lequel s’écrit l’intime – qu'il s’agisse de mémoires, de correspondances, de souvenirs fragmentaires, d’autobiographie ou d’autofiction –, s’organise une écriture de la pudeur (ou de l’impudeur) appelée aussi, selon les âges, « autocensure ». Plusieurs participants se sont penchés sur des textes autobiographiques de factures assez classiques tels que des lettres, des autobiographies, alors que d’autres ont étudié l’autobiographie en poésie, dans des interviews ou encore des formes d’autobiographie définie comme « utilitaire », c’est-à-dire instrumentalisée à des fins politiques ou journalistiques.

Pour en savoir plus

Lu 1741 fois Dernière modification le jeudi, 03 janvier 2013 16:52