L'alégorie du bon gouvernement est fresque faisant partie d'une série peinte par d'Ambrogio Lorenzetti et placées sur les murs de la Sala dei Nove (la salle des Neuf) ou Sala della Pace (salle de la Paix) du Palazzo Pubblico de Sienne

Smaller Default Larger

Parutions

Nous remercions Alison Carton-Kozak,  Responsable éditoriale de la Clé des langues (ENS Lyon/DGESCO), pour la publication des 2 Ateliers Concours de la SIES de juin 2021:

Philippe GUÉRIN, "Atelier de la SIES sur le Canzoniere de Petrarca", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), juin 2021.

URL: http://cle.ens-lyon.fr/italien/litterature/moyen-age/atelier-de-la-sies-le-canzoniere-de-petrarca 

Edwige COMOY FUSARO, "Atelier de la SIES sur les Nouvelles de l’Ottocento ", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), juillet 2021.

URL: http://cle.ens-lyon.fr/italien/litterature/periode-moderne/atelier-de-la-sies-sur-les-nouvelles-de-l-ottocento 

 

On imagine mal Leopardi échafauder le scénario d’un dessin animé. C’est pourtant ce qu’il fait en élaborant vers 1835 une suite à un texte antique, la Batrachomyomachie, qui parodiait l’Iliade en faisant s’affronter les rats et les grenouilles. Ces Paralipomènes, ou Supplément au Combat des rats et des grenouilles, font la satire des Italiens et des Autrichiens du XIXe siècle, et à travers eux de toute droite et de toute gauche politiques. Parodie d’épopée, fable amère, satire et conte philosophique, ce poème inclassable conduit le lecteur de champs de bataille désertés en conciliabules pseudo-démocratiques, pour l’emmener enfin jusqu’en enfer. La veine métaphysique d’un Leopardi plus que jamais désenchanté prend alors le dessus sur la verve du pastiche et fait de ce texte le testament philosophique du chantre de « l’infinie vanité de tout ». Le texte montre le bras de fer de la démocratie contre la force : le ridicule des rats progressistes, face aux crabes autoritaires et odieux venus en renfort aux côtés des grenouilles, fait rire jaune, tandis que le message d’outre-tombe éclaire de dérision toute initiative historique. Les Paralipomènes sont ainsi l’une des premières voix de l’Absurde. Perle Abbrugiati en a proposé la première traduction française en 2005, en alexandrins. Cette réédition bilingue propose pour chaque chant une introduction synthétique. Une présentation générale donne les directions de lecture essentielles pour (re)découvrir un Leopardi singulier.

Pleins feux sur les femmes  (in)visibles

Coordination éditoriale de Elsa Chaarani Lesourd, Laurence Denooz, Sylvie Thiéblemont-Dollet

Presses universitaires de Nancy - Editions Universitaires de Lorraine, 2021, 590 p.

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100795770 

mardi, 22 juin 2021 00:37

Zang Tumb Tumb

Filippo Tommaso Marinetti, Zang Tumb Tumb, Milano, Edizioni Futuriste di “Poesia”, 1914, edizione anastatica: 236 pagine + foto FTM + carta sincrona – opuscolo con scritti di Enrico Bittoto, Domenico Cammarota, Barbara Meazzi, Macerata, Biblohaus, giugno 2021.

Zang Tumb Tuuum è il primo volume di parole in libertà; l’antesignano di tutta la sterminata produzione parolibera, concreta, visuale e sperimentale delle avanguardie europee; è anche il primo esempio – concettuale e pratico – di “libro d’artista” del ’900, concepito per una diffusione non più elitaria, ma ben più larga, influente, e militante.

Zang Tumb Tuuum è dunque un libro icona: il primo “volume oggetto”, non tanto per l’aspetto esteriore, assai classico e ben diverso dalle successive litolatte o dall’imbullonato deperiano, quanto per l’abito tipografico interno studiato da Marinetti e realizzato da tipografo Cesare Cavanna.

La riproduzione anastatica di Zang Tumb Tuuum, realizzata da Simone Pasquali (Biblohaus), è stata resa possibile grazie al sostegno dell'Université Côte d’Azur nell'ambito del progetto RAG – Relire les Avant-gardes

Per maggiori informazioni: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; https://www.biblohaus.it/libro/filippo-tommaso-marinetti-zang-tumb-tumb-adrianopoli-ottobre-1912/

 

lundi, 14 juin 2021 11:45

Réécrire Brassens? Piero d'Ostra

 

Sur Altritaliani, une recension de Brigitte Urbani, prof émérite de l'Université d'Aix-Marseille, de l'ouvrage de Perle Abbrugiati Réécrire Brassens? (voir https://www.sies-asso.org/publications/3217-brassens-en-italien)

https://altritaliani.net/traduire-reecrire-brassens-en-italien-sans-trahir-la-poesie-et-la-gouaille-de-ses-chansons/

Perle Abbrugiati consacre la totalité de son ouvrage (406 pages) au poète et traducteur Piero d’Ostra (1923-2015) qui osa adapter en italien pas moins de 46 chansons de Brassens, mais jamais ne les publia. Or c’est là, écrit Perle Abbrugiati, « l’une des plus vastes opérations existantes de traduction de Brassens en langue italienne ».

 

Muriel Gallot, Jean-Luc Nardone (dir.), Margherita Orsino

Anthologie de la littérature italienne - Tome 3 - XIXe et XXe siècles

(3e édition revue et corrigée)

Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2021, 426 p., 24€

https://pum.univ-tlse2.fr/~Anthologie-de-la-litterature,2271~.html 

Bon de commande en attaché

samedi, 22 mai 2021 09:49

Busenello Viaggio d'Enea all'inferno

Vient de paraître : Giovan Francesco Busenello, Il viaggio d'Enea all'Inferno, a cura di Jean-François Lattarico, Argo Editrice.

http://www.argoeditrice.it/scheda1.asp?ProductID=504

 

 

Stefano Magni, G.A. Borgese. Dal nazionalismo al federalismo, Campanotto editore, 2021, 448 p., ISBN 8845617270 – 33 €

Questo volume riassume e analizza per la prima volta il percorso ideologico di G.A. Borgese (1882-1952), autore studiato finora più dal punto di vista letterario che da quello politico. In realtà, la sua produzione militante non è stata inferiore a quella accademica e lo ha accompagnato per tutta la vita, rendendolo attore degli eventi-cardine del secolo breve – dal nazionalismo di inizio secolo, alla Grande Guerra; dall’avvento del fascismo alla Seconda guerra mondiale – prima attraverso le maggiori riviste e i quotidiani più diffusi, come il Corriere della Sera, poi, dopo l’esilio, con gli scritti americani. Sconvolto dal nazi-fascismo e dallo scoppio della bomba atomica, sempre più mosso da esigenze spirituali, accompagnato dalla moglie Elisabeth Mann, figlia dell’intellettuale esule Thomas Mann, Borgese ha consacrato gli ultimi anni della sua vita ad un’instancabile attività pacifista, animando collettivi federalisti che si sono battuti per unire i Paesi del mondo intero. Le ultime due sezioni del libro danno luce a questa fondamentale fase della sua vita, rimasta a lungo nell’ombra.

Pétrarque et la poésie européenne. Anthologie pétrarquisme

Jean-Luc Nardone

Grenoble, Millon, 2021, 304p.

À l’origine, une source, unique, précise. Le pétrarquisme jaillit de l’œuvre et du nom de Pétrarque. Philosophe, linguiste, homme d’Église et de pouvoir, humaniste, il est aussi l’un des plus grands poètes occidentaux. Conquis par une Laure entrevue dans l’église Sainte-Claire d’Avignon en avril 1327, le poète florentin développe une nouvelle poésie d’amour où sa dame assume une dimension que l’on peut dire « moderne ». Laure meurt prématurément, la poésie de Pétrarque se libère de la menace d’amours trop sensuelles et laisse transparaître la beauté et la douleur de la passion d’un poète humain. Il perfectionne le sonnet dont il révèle toute l’élégance et la richesse. En même temps, son patriotisme et son attachement à sa langue maternelle le poussent à composer des poésies en langue Vulgaire, élevant les langues vernaculaires au rang des modèles antiques.

Le succès de la poésie de Pétrarque est tel que, de sa source, se répand un courant littéraire pétrarquiste. L’œuvre du Toscan se propage partout en Italie dès le xve siècle. Dans chaque ville, de nombreux poètes y puisent avant d’en renforcer le cours par de multiples productions qui rendent hommage au modèle imité. Et le courant est si fort qu’il dépasse les frontières. Il inonde les poésies française et espagnole dès le xvie siècle. Et les plus grands poètes s’y abreuvent, tandis qu’en Italie l’imitation est si diffuse qu’il est délicat, parfois, de savoir si les nouveaux poètes s’inspirent du Florentin ou des pétrarquistes locaux. Il en va bientôt de même en France où d’aucuns renient leur source d’inspiration première, forgent des courants nationaux, pour ne pas dire nationalistes. L’œuvre de Pétrarque atteint le Portugal, les rives de l’Angleterre, puis remonte, au xviie siècle, le cours des fleuves vers l’Allemagne.

La vague de la mode pétrarquiste n’est pas une onde régulière, et tandis qu’elle apparaît ici, elle est ailleurs au plus bas ; puis resurgit plus loin, dans le temps. Quelles sont ces voies suivies par les multiples courants pétrarquistes ? Quels poètes les empruntent ? Que reste-t-il, si loin de leur source, des vers du poète toscan ? Le livre tente de répondre à ces interrogations pour souligner, dans le même temps, la dimension pluriculturelle et évolutive de la poésie d’amour de la Renaissance – au sens large du terme –, dans une Europe en quête de langues nationales reconnues, de formes poétiques nouvelles, mais aussi, plus largement, d’identités politiques et religieuses, affermies.

 

https://www.millon.fr/livres/438-hors-collection-nardone-jean-luc-petrarque-et-la-poesie-europeenne.html 

Des Italiens au Congo aux Italiens du Congo. Aspects d'une glocalité

sous la dir. de Daniele Comberiati, Pierre Halen, Rosaria Iounes-Vona

Paris, L'Harmattan, "Mémoires lieux de savoir", 2020

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65396 

Libye, Somalie, Éthiopie : ce sont les pays auxquels on se réfère lorsqu'on aborde les relations entre l'Italie et l'Afrique. Sortant des sentiers battus, cet ouvrage invite le lecteur à explorer les multiples liens qui se sont noués entre la République italienne et la République Démocratique du Congo. Ils vont à la rencontre d'écrivains, de missionnaires et d'explorateurs, mais aussi de cinéastes italiens qui, par leur oeuvre, produite en particulier au XIXe et au XXe siècle, offrent du Congo une image captivante.

 

 

Ilaria Moretti, Oltre l’ultima quercia. Serenate a Bretton Oaks di Fenoglio. Saggio critico e testo teatrale integrale, prefaz. di Roberta Arcelloni.

Milano, Edizioni Unicopli, aprile 2021, 292 p., € 23.00.

http://edizioniunicopli.it/2184-2/ 

Il presente saggio si propone di costruire uno sguardo. Trovare una prospettiva ermeneutica attraverso cui restituire l'organicità di un testo teatrale di Beppe Fenoglio, Serenate a Bretton Oaks, ultimato nel 1948 ma pubblicato per Mondadori soltanto nel 1978 a cura di Maria Corti. Attraverso una lettura intertestuale, intratestuale e drammaturgica, lo studio cerca di scardinare i meccanismi che costituiscono l'ossatura di un componimento giovanile, spesso bistrattato dalla critica e certo ignorato dai registi. Vale, in questo contesto, la necessità di proporre un approfondimento su una pièce dimenticata, cercando di osservarla nei suoi risvolti inediti, nelle sue slacciature, nei suoi punti morti capaci, tuttavia, di apportare una luce nuova sull'opera di Fenoglio. Tra tutti i suoi testi teatrali, Serenate è l'unico dotato di una propria organicità, il più caro all'autore, quello più riscritto, quello che avrebbe potuto sancire - forse - il suo ruolo di drammaturgo, scrittore di teatro e non, banalmente, per il teatro.

 

Ancrée dans la grande tradition du journalisme d'aventure et croisant celle de l’écrivain-voyageur, la figure du correspondant de guerre plonge ses racines aux origines mêmes de la presse. Elle s’autonomise et s’impose dans l’entre-deux-guerres dans le prolongement du premier conflit mondial, puis lorsque font rage les guerres d’Éthiopie et d’Espagne. Dans ce contexte de polarisation idéologique et de tensions géopolitiques entre démocraties libérales et régimes autoritaires ou totalitaires, à l’heure où les visées impériales et coloniales des fascismes se donnent libre cours et tandis que s’internationalise une lutte sans merci entre des révolutions rouge, noire ou brune, être correspondant ou correspondante de guerre devient une fonction de premier plan. Qui incarne cette figure ? Que cherche-t-elle ? Pourquoi et pour qui se mobilise-t-elle ?

http://www.llseti.univ-smb.fr/web/llseti/916-correspondants-de-guerre-1918-1939-maroc-ethiopie-espagne.php

 

Matteo Palumbo, “Ei fu”. Vita letteraria di Napoleone da Foscolo a Gadda, Roma, Salerno editrice, 2021

Astrolabio, 28, 100 pp., € 9,90; ISBN: 978-88-6973-597-4. Disponibile anche in versione ebook.

Napoleone diventa subito in Italia un tema letterario. Tra la fine del Settecento e all’inizio dell’Ottocento i versi dei poeti dipingono la sua grandezza. Il Generale è ritratto come un giovane eroe o un traditore. È un simbolo della fede per Manzoni o un modello di successo borghese per Svevo. Si trasforma in apparizione onirica nel bosco del Barone rampante di Calvino. Compare in una celebre battuta di Miseria e Nobiltà. Viene usato da Gadda per contrapporre le falsificazione della poesia agli orridi veri della vita. Questo libro racconta il mito di Napoleone e le sue metamorfosi secondo la storia del nostro immaginario.

Matteo Palumbo è professore onorario di Letteratura italiana nell’Università di Napoli «Federico II». Ha lavorato all’estero, e in particolare in Francia, in Belgio, in Canada, contribuendo in maniera brillante a esportare idee e metodi della ricerca letteraria italiana. Tra le sue pubblicazioni «Mutazione delle cose» e «pensieri nuovi». Saggi su Francesco Guicciardini (Bruxelles 2013) e, con la Salerno Editrice, «La varietà delle circunstanze». Esperimenti di lettura dal Medioevo al Novecento (2016).

Gabriele d’Annunzio, Les Étincelles de l’enclume

Préface de Gérard Roero di Cortanze. Introduction, choix, notes et traduction de Muriel Gallot.

«Cahiers de l'Hôtel de Galliffet», Collection publiée par l'Istituto Italiano di Cultura

16 € - 14 x 19 cm – ISBN 978-2-919205-32-5. En librairie le 29 avril 2021

Écrire est pour moi le besoin de me révéler, de trouver un écho, très proche du besoin de respirer, de vibrer, d’aller au-devant de l’inconnu sur les routes terrestres. Écrire, c’est obéir à la loi profonde de l’être ; écrire, c’est discerner quelque lueur de ma vérité secrète, derrière mes apparences incertaines, fluctuantes (Gabriele d’Annunzio)

Inédit en français

Le livre De 1910 à 1915, assiégé par les créanciers, Gabriele d’Annunzio quitte l’Italie et se réfugie en France, entre Paris et Arcachon. « Cinq années d’exil dans l’Extrême-Occident, sur la croupe sylvestre de la dune océanique : une longue suite de jours et d’œuvres, une longue patience, une longue attente » écrira-t-il dans Nocturne. C’est au cours de ces années qu’il commence à envoyer régulièrement au Corriere della Sera une série de proses de mémoire, dont il poursuivra la rédaction dix ans après, dans son ultime refuge, le Vittoriale. Ce vaste corpus (plus de six cents pages) sera publié en deux tomes sous le titre Le faville del maglio (Les Étincelles de l’enclume), entre 1924 et 1928. Le lecteur trouvera ici pour la première fois en traduction française un choix de textes tirés de ce « roman autobiographique » en trois volets (Il venturiero senza ventura, Il secondo amante di Lucrezia Buti, Il compagno dagli occhi senza cigli) dont une large partie est consacrée aux souvenirs des sept ans (1874-1881) passés par le jeune Gabriele au collège jésuite de Prato. Mais ce serait faire fausse route que de chercher dans l’écriture des Étincelles l’ambition du mémorialiste ou la fascination proustienne pour la musique du passé. L’autobiographisme de d’Annunzio a pour objectif la célébration de son destin exceptionnel de créateur. Ses prouesses d’adolescent peu enclin à l’ordre et à la discipline, ses aventures de collégien fantasque et sauvage, exalté par la beauté de l’art et de la poésie, deviennent ainsi autant de présages d’une vocation à la création et à l’action héroïque, autant de signes avant-coureurs de la « richesse de sa destinée ».

L’auteur Né à Pescara en 1863, Gabriele d’Annunzio fait ses études au Collegio Cicognini de Prato de 1874 à 1881. En 1879, il publie son premier recueil poétique, Primo vere. À partir de 1881, il s’installe à Rome et commence une fulgurante carrière d’écrivain et de journaliste dans les milieux mondains de la capitale, dont il s’inspirera pour son roman L’Enfant de volupté (1889). L’année 1895 marque le début de sa relation amoureuse et artistique avec l’actrice Eleonora Duse. Influencé par la pensée de Nietzsche, il exprime dans ses romans son aspiration à une humanité héroïque (Les Vierge aux rochers, Le Feu) et dans ses tragédies (La Ville morte, La Fille de Jorio, etc.). Dans le décor fastueux de sa villa La Capponcina, en Toscane, il se consacre ensuite à l’écriture d’un vaste poème, Le Laudi, qui est considéré comme le sommet de son œuvre poétique. Après un séjour en France (1910-1915), il revient en Italie et, au cours de la Première guerre mondiale, participe à plusieurs actions d’éclat. En 1919, à la tête d’un groupe de volontaires, il occupe la ville de Fiume (aujourd’hui Rijeka) et proclame la Régence italienne du Carnaro. Après la prise du pouvoir par Mussolini, il se retire de la vie publique dans sa résidence du Vittoriale sur le lac de Garde, où il meurt en 1938.

La collection des « Cahiers de l’Hôtel de Galliffet » est distribuée par UD Union Distribution

Contact : Paolo Grossi Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Vient de paraître:

Guillaume Surin, La lèvre de Micòl. Giorgio Bassani et le récit en temps de détresse, Hermann, 2021

https://www.editions-hermann.fr/livre/9791037006646 

Page 2 sur 33