L'alégorie du bon gouvernement est fresque faisant partie d'une série peinte par d'Ambrogio Lorenzetti et placées sur les murs de la Sala dei Nove (la salle des Neuf) ou Sala della Pace (salle de la Paix) du Palazzo Pubblico de Sienne

Smaller Default Larger

Parutions

mardi, 18 avril 2017 13:44

Fuorigioco/Hors-Jeu

Fuorigioco / Hors-Jeu

Auteur : Lisa NUR SULTAN Traduction de Frédéric Sicamois et Stéphane Resche

N° ISBN : 978-2-8107-0484-2 PRIX : 11.00 € Format et nombre de pages : 15 x 21 cm - 130 p.

Arianna Fabbricatore, La Querelle des Pantomimes. Danse, culture et société dans l'Europe des Lumières Éd. Presses universitaires de Rennes Rennes, PUR, coll. "Le Spectaculaire Arts de la scène", 2017, 472 p.

Mario Pieri, "Memorie (1811-1818)", a cura di Claudio Chiancone, Ariccia, Aracne Editrice, 2017, 520 p.

Caso rarissimo di letterato che, per mezzo secolo, annota quotidianamente pensieri, letture, incontri e frequentazioni, i diari del Pieri ci offrono una cronaca originale della società colta di primo Ottocento. Per caso o per scelta, Pieri si trova ogni volta al posto giusto al momento giusto, e leggendo il suo diario abbiamo l’impressione di essere gli ospiti d’onore. A Padova, ci fa assistere alle lezioni del Cesarotti. A Verona, ci conduce nel salotto di Clarina Mosconi e ci porta in carrozza col Pindemonte, lasciandoci chiacchierare di letteratura col traduttore dell’Odissea. A Milano, conversa amabilmente col Foscolo, ci introduce nel circolo ufficiale del ministro Paradisi e ci accompagna col Monti alla redazione del “Poligrafo”. Da questo palco privilegiato assistiamo alla storia come ad uno spettacolo: le invasioni napoleoniche ed austriache, la caduta del Regno Italico, l’affermarsi della Restaurazione, i primi moti risorgimentali. E in mezzo a tanti eventi, Pieri ci mostra da vicino la vita culturale del suo tempo e i luoghi che l’hanno caratterizzata: le botteghe dei librai milanesi, tra un Pellico e un Borsieri, nel pieno fervore della polemica classico-romantica; il salotto veneziano della Teotochi Albrizzi, proprio al momento dell’arrivo del Byron; il Gabinetto Vieusseux e la redazione fiorentina dell’“Antologia”, accanto a Leopardi, Stendhal, Giordani, alla serata d’onore per Manzoni.

Per maggiori informazioni : http://www.aracneeditrice.it/aracneweb/index.php/pubblicazione.html?item=9788854894976

 

lundi, 27 mars 2017 14:41

Les Prix Nobel italiens (1906-2007)

Les prix Nobel italiens (1906-2007) Généalogies scientifiques et expériences artistiques, Segretario europeo per le pubblicazioni scientifiche, traduit de l’italien par Lucie Marignac

Les liens entre Alfred Nobel et l’Italie remontent à la création, en 1901, du prix le plus prestigieux au monde dans le domaine de la connaissance. C’est à San Remo que l’industriel suédois passa les dernières années de sa vie et établit le testament visant à récompenser ceux qui auraient « contribué le plus au bien de l’humanité ». À partir de matériaux d’archives inédits, ce livre enquête sur le processus et les critères d’attribution des différents prix décernés entre 1906 et 2007 (vingt Nobel, auxquels s’ajoute une médaille Fields) et s’interroge sur leurs conséquences scientifiques, sociales et culturelles. Marconi, Fermi, Levi-Montalcini, Carducci, Pirandello, Dario Fo… Nous sommes en présence de certaines des plus grandes figures du XXe siècle, suivant avec elles au plus près les voies de leur reconnaissance internationale.

Voir PJ

Laboratoire italien n°19/ 2017 La république en Italie (1848-1948). Héritages, modèles, discours (exclusivement publié en ligne sur le portail Revues.org : laboratoireitalien.revues.org) Sous la direction de Laura FOURNIER-FINOCCHIARO, Jean-Yves FRÉTIGNÉ et Silvia TATTI

Ce volume retrace le développement et la maturation de l’idée républicaine en Italie entre 1848 et 1948, par une double approche historique et littéraire. Le but est de déceler la spécificité d’une voie républicaine italienne, à partir des expériences locales de Rome, Venise, Milan et du Sud de l’Italie pendant le Risorgimento jusqu’aux années de la monarchie libérale et du fascisme. Les interventions sont regroupées autour de trois axes principaux : les mémoires des républiques italiennes de 1848-1849 et la construction d’un langage politique et littéraire local et en même temps national, les modèles et contre-modèles républicains étrangers à partir desquels se définit la voie italienne, les discours républicains sous la monarchie et sous le fascisme. La reconstruction de l’histoire d’un siècle à partir de cette perspective, entre la faillite du modèle républicain au moment de l’Unité et sa victoire après la deuxième guerre mondiale, explique la difficulté de l’Italie, encore aujourd’hui, à assumer son passé.

vendredi, 10 mars 2017 20:14

Cahiers d'Etudes Italiennes - Malaparte

Cahiers d'études italiennes - numéro spécial "Malaparte"

sous la direction de Michèle Coury et Emmanuel Mattiato 

Paru en mars 2017, ce numéro 24 des Cahiers d’études italiennes est intégralement consacré à Curzio Malaparte. Dirigé par Michèle Coury et Emmanuel Mattiato, c’est le premier hommage rendu, en France et dans le monde universitaire, au grand écrivain toscan à l’occasion des soixante ans de sa disparition. Il regroupe les actes de la journée d’étude organisée par Michèle Coury à l’Université Grenoble Alpes le 21 mai 2015 autour du thème « Malaparte, témoin et visionnaire ». À travers sept études denses, il s’agit de dépasser les clichés qui entourent le sulfureux intellectuel et de renouveler l’approche critique de son œuvre suivant deux axes : le premier, fondateur, est prétexte à l’exploration des méandres de sa créativité à l’époque de son adhésion problématique au fascisme ; le second pose la question de la violence et de la décadence comme conceptions anthropologiques structurant sa poétique romanesque, théâtrale ou cinématographique.

Lien : https://cei.revues.org/

 

 

 

Le numéro 9 de la revue Écritures (Presses Universitaires de Paris-Nanterre) vient de paraître. Il est dédié à la traduction, dans une approche inter-, ou plutôt trans-, ou plutôt in-disciplinaire. Voir pièce jointe.

Marci Clementi, Paolo Persichetti, Elisa Santalena, Brigate Rosse: dalle fabbriche alla "campagna di primavera", Roma, Derive&Approdi, 2017, volume I. 

 Le Brigate rosse nacquero dentro la crisi della vecchia società fordista. Quella realtà irreggimentata, dove lavoratori e padroni coabitavano a distanza, cominciò a dissolversi nei primi anni Settanta travolgendo vecchie gerarchie e consolidate autorità. Da quella crisi scaturirono nuovi movimenti portatori di inedite forme di protagonismo, di rivendicazioni e di lotte. Furono anni in cui i dimenticati e i dannati trovarono voce. Un vento di libertà s’insinuò nei varchi aperti dalle lotte operaie, proiettando sulla scena nuovi soggetti usciti da una condizione di marginalità civile e politica. Gli umili e gli oppressi trovarono così occasioni di forza, dignità e rispetto. Le strategie di rottura guadagnarono terreno sulle posizioni contestatrici e riformiste. Fallite le esperienze dei gruppi politici extraparlamentari nati nel biennio 1968-69, la lotta armata divenne, a metà degli anni Settanta, un’opzione che conquistò larghi settori di movimento. Le Brigate rosse furono, semplicemente, parte di quel processo (tratto dal sito dell'editore: http://www.deriveapprodi.org/2017/02/brigate-rosse/ )

Una recensione del saggio: http://roma.corriere.it/notizie/cronaca/17_marzo_03/auto-parcheggiata-via-caetani-tenere-posto-r4-moro-406ac04a-0057-11e7-92b1-e1f58b14debd.shtml 

 

 

vendredi, 24 février 2017 15:24

Scrittori in musica

Vient de paraître / Fresco di stampa :

Scrittori in musica. I classici italiani nel melodramma tra Seicento e Novecento,

Roma, Bulzoni, 2016, «Studi (e testi) italiani», 36, 382 pp.

 

https://www.bulzoni.it/it/riviste/studi-e-testi-italiani/scrittori-in-musica.html

 

 

 

 

 

mardi, 21 février 2017 09:13

Chroniques italiennes - numéro concours

Le dernier numéro ‘concours’ de Chroniques italiennes vient de paraître et est entièrement consultable à l’adresse suivante :

http://www.univ-paris3.fr/chroniques-italiennes-recherche-par-numero-441707.kjsp?RH=1488359347838

Les articles composant ce numéro sont issus pour l’essentiel de deux manifestations organisées récemment à la Sorbonne Nouvelle  : Léonard de Vinci écrivain, entre arts et sciences (27 janvier 2017, journée d’études organisée par Matteo Residori et Anna Sconza, CIRRI) et Les deux Guidi (Guinizzelli et Cavalcanti) : quelques prolongements (6 février 2017, journée d’études organisée par Marina Gagliano, Philippe Guérin et Raffaella Zanni, CERLIM).

Le cinéma italien d’aujourd’hui, entre film politique et film engagé.

La réflexion sur le politique et sur la représentation à l'écran du témoignage civique sont depuis longtemps des caractères structurants du cinéma italien. Dans cette grande tradition, une nouvelle génération de cinéastes s'est montrée capable de réinventer le langage cinématographique et de porter à l'écran les nouvelles questions émergentes comme la violence urbaine, l'irruption des médias, les processus de marginalisation et l'immigration.

Ce numéro de Transalpina contient les actes d'un colloque qui s'est tenu à Caen en octobre 2015. Les études réunies explorent les aspects de ce renouveau, entre la fin du XXe et le début du XXIe siècle.

Transalpina 19, 256 p., 15 €

https://www.unicaen.fr/puc/html/articlebaed.html?id_article=1018

 

lundi, 30 janvier 2017 00:00

Massimo D’Azeglio, Epistolario

Massimo D’Azeglio, Epistolario (1819-1866), IX (2 gennaio 1857 – 27 dicembre 1859)A cura di GEORGES VIRLOGEUXTorino, Centro Studi Piemontesi, pagg. LVIII-526, 2016.Prezzo di copertina € 36,00ISBN: 978-88-8262-246-6

L’Epistolario azegliano, frutto di un’imponente mole di lavoro, è curato da Georges Virlogeux, italianisant dell’Università di Aix-en-Provence, che ha censito, raccolto, ordinato, annotato l’intero materiale con filologica acribia e dedizione appassionata.

Nella prima metà del Novecento, in linea con una tendenza europea più generale, la letteratura italiana si dimostra particolarmente permeabile alla tematica dell’onirismo. Partendo da una riflessione teorica su come reagisce la letteratura agli innumerevoli studi sul sogno e sul sonno pubblicati in Europa a partire da fine Ottocento (Freud, Ellis, De Sanctis, Lombroso, Sighele), emerge l’originalità del trattamento del mondo onirico tra il 1900 e il 1940. Il sogno diventa una specie di chiave di volta dell’immaginario della modernità, come dimostrano le incursioni degli studi di Béguin, Bergson, Calgari e Praz. Se la letteratura ha sempre parlato di sogni e di sonno, la modernità letteraria tra fine Ottocento e inizio Novecento crea un canone intorno alla produzione teorica e poetica che parla come il sogno. La frammentazione, la prosa poetica, l’intercambiabilità tra realtà e finzione, l’arbitrarietà, l’ossimoro e la contraddizione diventano l’alfabeto di base del nuovo ‘stile del sogno’, che contamina poesia e prosa, estendendosi ai vari testi manifestari dell’epoca. Gli autori analizzati appartengono essenzialmente alla modernità e alle avanguardie – futurismo, frammentismo, immaginismo, neoromanticismo e metafisica: Boine, Betocchi, Canudo, Cavacchioli, De Chirico, Depero, Evola, Marinetti, Martegiani, Paladini, Papini, Pirandello, Prezzolini. 

Tania Collani è professore associato presso l’Université de Haute-Alsace (Francia). Specialista delle avanguardie europee (Le Merveilleux dans la prose surréaliste européenne, Hermann, 2010), si occupa di analisi e teoria della ricezione e traduzione nell’ambito letterario europeo della prima metà del Novecento. Traduttrice verso l’italiano di due romanzi di René Crevel e Robert Desnos, ha consacrato riflessioni su critici e autori come Bo, Camerino, Marinetti, Boine, Malaparte.

mercredi, 18 janvier 2017 00:00

Marie dans la "Comédie" de Dante

Cécile Le Lay, Marie dans la Comédie de Dante. Fonctions d'un "personnage" féminin, Rome, Aracne, 2016, 449 p. 30€

Dante Alighieri écrit sa Comédie à une époque où la dévotion mariale est devenue une pratique quotidienne, et il ne manque pas d’évoquer la sienne. Plusieurs études célèbres ont révélé la richesse théologique et littéraire des principaux passages où apparaît la Vierge Marie, notamment la prière finale. Pourtant, aucun spécialiste n’a encore cherché à analyser les différentes modalités d’intervention de cette figure féminine dans l’ensemble du récit. C’est ce qu’examine cet ouvrage, en adaptant et en combinant les approches historico-critique, narratologique et poétique.

Vient de paraître: 

Anthony Cordingley et Céline Frigau Manning (dir.), 

Collaborative Translation: from the Renaissance to the Digital Age,

London, Bloomsbury, 2016.

Ce volume contient plusieurs contributions d'italianistes (Belén Bistué, Françoise Decroisette, Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini), portant sur Leonardo Bruni, la traduction du théâtre de Goldoni ou celle de Savonarole, Machiavel et Guicciardini.

Page 7 sur 25